Compte-rendu du 30 avril 2017

Voici dans l’ordre chronologique les dernières opérations :

Mi-février : vente à 6,96$ des 1334 actions Sears achetées début février, plus-value de +5,9% en 2 semaines.

Désengagement de la position historique dans Sears Holding en deux temps : vente de 738 actions à 8,18$ le 23 février, puis vente des 1000 actions restantes à 9,45$ le 13 mars. Entre temps, le cours de l’action a bondi jusqu’à 13,99$ sans justification avant de redescendre à 10,22$ aujourd’hui, ce mouvement sans raison apparente était impossible à prévoir. J’ai également cédé les warrants Sears à 2,87$ fin mars. J’ai décidé de cesser mes titres Sears car la marge de sécurité qui reposait sur la valeur estimée des actifs est désormais très mince si bien qu’elle n’existera plus d’ici quelques semestres, j’ajoute à cela que depuis quelques mois, j’ai le sentiment que les marchés, notamment US, me semblent sur-valorisées et je n’exclue pas une correction globale dont Sears pourrait fortement pâtir. La position Sears avait été initiée en juillet 2014 vers 40$ l’action (15k$), et j’avais renforcé en 2015 et 2016 (1738 titres et PRU moyen autour de 26-28$ vers la fin du renforcement). Il s’agit d’une énorme claque, pour 3 raisons :
– il s’agissait de la plus grosse position de mon portefeuille concentré,
– cette baisse a eu lieu dans un marché haussier (les bonnes valeurs US s’envolaient de plus de 50%),
– le dénouement a été long (presque 3 ans).

Enfin, j’ai acheté 1500 actions Genworth Financial à 3,99$ début avril. C’est désormais la plus grosse position de mon portefeuille, je détiens 4922 titres, soit près de 20k$. Le fond chinois Oceanwide Holdings s’est porté acquéreur de l’entreprise à 5,43$, soit un potentiel à la hausse d’environ 34% sur le cours actuel. L’opération pourrait s’achever mi-2017). L’avantage de cette position est qu’elle est peu sensible à l’évolution erratique des marchés dans les mois qui arrivent, le prix de rachat par le fond chinois étant déjà négocié.

Sur les 3 mois, WPX est en léger retrait. Orca Exploration et Fiat sont stables. Samsung s’est bien apprécié, je dois analyser les projections de croissance (il est possible que je vende prochainement si le titre prend encore quelques points de hausse).

tableau_avril2017.png

La valeur liquidative est de 80,5k€, en hausse de 4,5k€ par rapport au 1er février.

La position cash représente 22% du CTO, mais en réalité je suis moins exposé aux marchés car sur l’ensemble de mon patrimoine, les liquidités représentent environ 50% de mes actifs nets.

histo_avril2017.png

Dans les mois qui viennent, je considère qu’une correction des marchés, amorcée ou accentuée par la remontée des taux (c. les dernières actions de la FED) est très possible, et en même temps, je ne souhaite pas rester autant liquide car l’inflation pourrait revenir. Je compte donc investir une partie du cash, mais seulement dans des opérations singulières et peu corrélées avec les indices, par exemple : Genworth Financial (je n’exclue pas d’alourdir la position), j’ai également un deuxième dossier similaire dans le viseur (c’est une micro-cap peu liquide, je ne veux pas en parler pour pouvoir entrer dessus tranquillement). Par ailleurs, l’envie de shorter Tesla ou Netflix commence à naître mais comme je sais que le marché peut aller plus loin dans ses excès, j’attends un signal fort avant de me lancer dans ce genre d’opération spéculative.

J’ai une exposition au dollars d’environ 35% sur l’ensemble de mon patrimoine et j’ai un avis neutre sur l’orientation à venir du cours des devises suite aux récentes déclarations de D. Trump.

Au niveau macro-économique, en sus de la politique de remontée des taux, je note qu’il semble y avoir une bulle immobilière en formation au Canada, aidée par les taux d’emprunt bas. Ou peut-être s’agit-il d’un nouveau paradigme ? Dans un contexte de population croissante et toujours plus urbaine, la valeur des biens immobilier (rapportée aux salaires) seraient amenée à se renchérir durablement.

 

Compte-rendu du 1 février 2017

Plusieurs mouvements sur le portefeuille en ce début d’année.

J’ai renforcé Sears Holdings. La capitalisation de la holding est inférieure à 750M$, ramenée à l’ensemble des actifs, le reward/risk est excellent. Le cash burn est toujours aussi important mais la fermeture des magasins les plus déficitaires s’est accélérée et l’on dispose de beaucoup d’actif à monétiser le temps de redresser les résultats. Il y a plusieurs entités rentables dans les entités guarantors, aussi les non-guarantors comportent 125 malls de qualité (>1,5 B$), les marques KCD (>1B$) et Sears Re (activité d’assurance). Lampert a clairement indiqué qu’il n’avait pas l’intention de cramer tous les actifs pour supporter les pertes. Ces actions menées rejoignent cette volonté.

J’ai initié une nouvelle ligne : Genworth Financial. Un fond chinois sérieux a réalisé une offre d’achat à 5,43$, ce qui représenterait une hausse de 53,4% sur mon cours moyen d’achat. Le deal doit se conclure vers mi-2017. Indépendamment de ce catalyseur, j’estime que les métriques de l’entreprise présente un excellent reward/risk. Je pense que le titre est victime du pessimisme des investisseurs. La remontée des taux US n’a étonnamment pas été pricé par le marché (au cours, le cours à sensiblement baissé). Pire, le titre a récemment été pénalisé par deux notes d’analystes dont le contenu semble indiquer que leurs rédacteurs n’ont pas correctement étudié Genworth Financial et le deal avec le fond chinois.

Ces achats ont été financés en liquidant la ligne IBM. Non pas que je ne vois plus d’avenir dans IBM, au contraire ! Mais je pense que les cours de Sears holding et Genworth Financial ont davantage de chance de s’apprécier que IBM. Les titres IBM ont été cédés avec une plus-value de 25% (effet de change inclus). Les titres avaient été acquis 163$/action le 11 novembre 2014. Outre la plus-value à la revente, IBM a distribué un dividende représentant un rendement d’environ 3% sur mon prix d’acquisition. Le rendement annualisé de cet investissement a représenté une performance de 15% brut.

La valeur liquidative du portefeuille est de 76k€ (contre 84k€ un mois plus tôt).

tableau_jan2017.png

Le portefeuille est relativement concentré, les 3 plus grosses positions représentent 60%.

  •  Sears Holdings 25%
  • WPX 20%
  • Genworth 15%

Les 3 positions suivantes représentent environ 30% du portefeuille.

  • Samsung 12%
  • Orca Exploration 10%
  • Fiat Chrysler 9%

Samsung et Fiat Chrysler affichent d’excellentes performances sur les 6 derniers mois (+55% et +85%). Je compte refaire le point sur ces valeurs très prochainement.

Concernant Orca Exploration, Tanesco a sollicité une aide de la Banque mondiale qui permettrait de payer les arriérés, ce qui pourrait constituer un catalyseur intéressant. Du reste, la rentabilité des activités est excellente., les opérations sont bien menées. Notons que Miller (actionnaire minoritaire à 16,5%) a renforcé sa position sur le titre fin 2015.

 

graphe_jan2017.png